Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

COP21 : le gaz de schiste parmi les solutions prônées ?

Gaz de schiste  COP21

En pleine conférence mondiale pour la lutte contre le réchauffement climatique (COP21), le gaz revient sur le devant de la scène. Il permettrait de se passer du charbon et de réduire ainsi significativement les émissions de gaz à effet de serre. L'exemple américain du gaz de schiste en est la parfaite démonstration.    

Arriver à limiter le réchauffement climatique à +2°C seulement contre les +4°C que la communauté internationale redoute est l'ambition de la conférence climatique mondiale qui se tient à Paris actuellement. Et pour y parvenir, la définition d'un nouveau "bouquet énergétique" est nécessaire : passer d'une économie carbonée à une économie décarbonnée, orientée sur l'utilisation de nouvelles énergies, renouvelables en têtes. Mais le gaz naturel et donc le gaz de schiste est également une énergie qui permettrait de maintenir la hausse généralisée des températures car il émet bien moins de gaz à effet de serre que le pétrole et le charbon et peut les remplacer aisément dans bien des domaines : carburant, chauffage, production d'électricité. Et force est de constater que le retour d'expérience des Etats-Unis a tout pour plaider en faveur du gaz de schiste. D'autant que la production d'énergie par le renouvelable est par nature intermittente : le vent ne souffle pas avec la même intensité toute l'année de même que le soleil ne peut alimenter les cellules photovoltaïques en continu.

L'exemple américain

Depuis que les Etats-Unis se sont lancés dans l'exploitation massive du gaz de schiste, les bénéfices sur l'environnement et le climat ont été sans commune mesure. Car les émissions de gaz à effet de serre se situent dorénavant à leur plus bas niveau depuis près de trente années. Nul autre pays dans le monde n'est parvenu à diminuer autant son impact sur le climat. Elles ont en effet baissé de 10% rien qu'entre 2005 et 2013 pour une réduction totale de plus d'1 million de tonnes de CO2 en moins depuis le début de l'activité dans le pays. Tant est si bien que sur les 50 états du pays, les émissions de CO2 ont chuté dans 47 d'entre eux. Les efforts des Etats-Unis sur le gaz naturel s'avèrent donc payants pour l'environnement et démontrent qu'il est possible de juguler le réchauffement climatique via le gaz de schiste.  D'autant que l'ensemble de la profession aux Etats-Unis est dorénavant soumise à de nouvelles normes des plus strictes quant à l'emploi de certains produits chimiques pour les opérations de fracturation hydraulique et qu'une meilleure étanchéité des puits est devenue obligatoire pour éviter tout risque d'épanchement dans les nappes phréatiques. Bien encadrée, l'activité du gaz de schiste en Europe comme en France permettrait donc de se passer du charbon, de pallier les intermittences des énergies renouvelables et contribuerait activement à la baisse des émissions de gaz à effet de serre. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr