Le Royaume-Uni prend le dessus dans la course au réacteur nucléaire de poche

La fabrication de réacteurs nucléaires miniaturisés (SMR) est en pleine effervescence à travers le monde, en réponse à une demande croissante de de la production d'énergie. Dans cette course mondiale, le semble se détacher du peloton des compétiteurs.

Qu’est-ce que les SMR ?

Les SMR, ou Small Modular Reactors, sont des réacteurs nucléaires de taille réduite, offrant une puissance plus modérée que leurs homologues traditionnels. Leur construction est plus rapide et leur plus faible, ce qui les rend particulièrement intéressants pour la fabrication en série en usine.

La course à la production de SMR

Il existe actuellement plus de 70 projets de SMR à travers le monde, principalement en Chine et en Russie. La concurrence se fait de plus en plus féroce, chaque pays souhaitant se positionner comme un acteur majeur de ce nouveau marché.

L’avancée du Royaume-Uni

En tête de cette compétition, nous retrouvons le Royaume-Uni, avec un projet ambitieux mené par Westinghouse et Community Nuclear Power (CNP). Ce projet prévoit l'implantation d'une série de SMR, dont l'exploitation commerciale est prévue pour le début des années 2030. Quatre SMR de type AP300 seront construits dans la région de North Teesside, le tout financé par des fonds privés.

Westinghouse avait déjà fait parler d'elle en mai 2023 avec le lancement du SMR AP300. Pour accélérer la mise en service, l'entreprise a utilisé l'ingénierie, les composants et la chaîne d'approvisionnement de l'AP1000.

Lire aussi   Alerte : La fin des hydrocarbures grâce à un gisement de lithium en France ?

Le projet français Nuward

La n'est pas en reste non plus. Le projet Nuward, lancé en 2019 par une entreprise éponyme détenue par , vise également à se positionner sur le marché des SMR. Ce projet est subventionné à hauteur de 500 millions d'euros et vise à construire une centrale de deux réacteurs de 170 MW chacun.

Le projet est présenté comme une complémentaire aux énergies renouvelables, avec un objectif de démarrer la construction de la centrale de référence en 2030, sur le territoire français.

4.2/5 - (28 votes)

Laisser un commentaire

Autres