15 ans de bataille entre EDF et la CRE au sujet du prix de l’électricité nucléaire

Une divergence majeure est observable entre la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et sur le de l' , l'écart pouvant s'élever jusqu'à un quart du . Cet article explore en détails ces divergences.

Les estimations de coût de la CRE et d’EDF

La CRE prévoit que pour les trois périodes à venir, 2026-2030, 2031-2035, et 2036-2040, les prix seraient respectivement fixés à 60,70 €/MWh, 59,10 €/MWh, et 57,30 €/MWh. Cette prévision est à comparer aux 50,20 €/MWh actuels. Bien que ces prévisions soient plus élevées que celles de 2020, elles restent inférieures à celles d'EDF.

Les modèles de tarification de l’électricité

Les deux entités ont des approches différentes pour estimer le prix de l'électricité. EDF propose de se baser sur le fonctionnement du marché, où l'offre et la demande déterminent le prix. Ce modèle peut soumettre EDF à de grandes variations de prix. Par opposition, la CRE opte pour une méthode régulatoire qui repose sur des contrats pour différence (CFD), pour stabiliser le prix de l'électricité.

Discrepance sur les prévisions de production

Un autre point de divergence concerne les estimations de production d'électricité nucléaire. Selon EDF, celle-ci devrait se situer à une moyenne de 350 TWh par an, un chiffre que la CRE considère comme sous-évalué.

Lire aussi   Attention, le nucléaire revient en force en France : vous ne devinerez jamais où !

Le cas du réacteur EPR de Flamanville

EDF estime que le réacteur EPR de Flamanville fonctionnera à pleine capacité en 2035, après une mise en service en 2024. La CRE conteste ce calendrier.

Facteurs contribuant à la hausse des coûts

L' des coûts de l'électricité nucléaire depuis 2020 est principalement attribuable à l'évolution des charges d'exploitation, l'inflation, les coûts de post-exploitation et les investissements liés à l'EPR de Flamanville 3.

Impact de la durée de vie des centrales nucléaires

La durée de vie du parc nucléaire français a également un impact sur les estimations de coût. L'idée d'un allongement de cinquante à soixante ans a été envisagée, ce qui a permis de baisser le coût du MWh de 3,5 €. Mais cette baisse a été compensée par d'autres facteurs.

4.1/5 - (25 votes)

Laisser un commentaire

Autres