L’intelligence artificielle pourrait causer une crise énergétique globale !

Le monde assiste à une croissance exponentielle de l'intérêt pour les intelligences artificielles (IA), et plus particulièrement les modèles génératifs capables de générer du texte, des images, du son et de la vidéo en un clin d'œil. Toutefois, cette progression fulgurante ne vient pas sans son lot de conséquences, l'une des plus significatives étant la énergétique considérable liée à leur utilisation.

La consommation énergétique de l’IA, un sujet de préoccupation grandissant

En effet, selon une étude récente, la de ces serveurs pourrait atteindre des niveaux alarmants. Par exemple, pour alimenter le ChatGPT d'OpenAI, pas moins de 3 617 serveurs sont nécessaires, chacun consommant une énergie variant entre 6 et 10,2 kW. Ce qui représente une consommation totale située entre 21,7 et 36,8 MW.

Une consommation d’énergie rivalisant avec celle de certains pays

Plus préoccupant encore, cette consommation pourrait rivaliser avec celle de certains pays dans un futur proche. En effet, le cycle de vie d'une IA comprend deux phases majeures : la formation et l'inférence. La phase de formation est particulièrement énergivore, nécessitant jusqu'à plusieurs centaines de mégawattheures (MWh) d'. Par exemple, le ChatGPT-3 a consommé 1 283 MWh lors de sa formation.

Une utilisation quotidienne de l’IA gourmande en énergie

La phase d'inférence, quant à elle, concerne l'utilisation quotidienne de l'IA par le grand public. Par exemple, une seule requête sur le GPT consomme 2,9 Wh, ce qui est près de dix fois plus que ce que consomme une recherche Google (0,3 Wh). La consommation quotidienne du ChatGPT est donc estimée à 564 MWh, ce qui se traduit par une consommation annuelle d'environ 206 GWh.

Lire aussi   Alerte ! Votre eau est-elle menacée par les parcs solaires flottants ?

Quel avenir énergétique pour l’IA ?

Si l'avenir énergétique des IA est toujours incertain, une chose est sûre, leur présence et leur sont vouées à augmenter. NVIDIA, une entreprise leader dans le domaine de l'IA, prévoit de fournir cette année environ 100 000 serveurs, pour une puissance totale située entre 650 et 1 020 MW. D'ici 2027, la demande pourrait grimper à 1,5 million d'unités, soit une puissance de 9,75 à 15,3 GW.

Si ces projections se confirment, la consommation annuelle de l'IA pourrait bientôt égaler celle de certains pays tels que la Norvège, l'Argentine ou la Belgique. Une réalité qui soulève de nombreuses questions quant à la et à l' des technologies d'IA.

4.2/5 - (15 votes)

Laisser un commentaire

Autres