Découvrez la géothermie marine, l’innovation qui va faire trembler l’industrie de l’énergie

La géothermie marine est un sujet en vogue, et le groupe français CGG explore activement ce potentiel. Un livre blanc vient d'ailleurs d'être publié pour mettre de la lumière sur cette technologie écologique prometteuse.

La géothermie actuelle et sa limitation

La géothermie telle qu'on la connaît actuellement se base principalement sur l'exploitation des mouvements des plaques tectoniques. Ces zones, souvent localisées dans la ceinture de feu de l'océan Pacifique, atteignent des températures exceptionnellement élevées. Néanmoins, le niveau de chaleur chute rapidement dès que l'on s'éloigne de la zone volcanique.

L’alternative proposée par CGG : les zones de divergence

CGG propose une approche innovante : exploiter les zones de divergence des plaques tectoniques. Ces zones, largement réparties dans les océans du globe, offrent un autre type de potentiel géothermique. En effet, c'est là que le magma remonte à la surface, créant un nouveau plancher océanique et procurant ainsi des températures constantes.

Autre avantage, la chimie des fluides géothermiques est sans danger et les failles naturelles minimisent les risques de tremblements de terre. Ce type d'exploitation a déjà fait ses preuves en Islande où la géothermie représente 61% de l'énergie totale.

Un potentiel mondial

On estime à 65 000 kilomètres carrés la surface marine exploitable pour la géothermie. Cette offre la possibilité de produire de l' durable, illimitée et continue ainsi que de l'eau douce, de l' et de l'ammoniac.

Lire aussi   Énergie nucléaire : la France risque-t-elle un conflit avec l'Allemagne ?

Challenges et opportunités

Malgré un potentiel indéniable, la mise en place de ces installations rencontrent des défis techniques significatifs. Parmi ceux-ci, on compte la nécessité d'études approfondies et de financements conséquents pour identifier les zones d'implantation. De plus, il faudra mettre au point des solutions pour la production et le transport de l'électricité, de l'hydrogène, de l'eau douce et de l'ammoniac en mer.

Pour relever ces défis, CGG développe activement des technologies géologiques et géophysiques. En exploitant son expertise en matière de données géothermiques et d'imagerie souterraine, le groupe français espère contribuer à l'essor de ces formes d'énergie renouvelable.

4.4/5 - (26 votes)

Laisser un commentaire

Autres