Attention ! L’industrie sidérurgique se prépare à abandonner le charbon

Une coopération Franco-Allemande vise à soutenir l'industrie sidérurgique allemande dans sa . Un projet ambitieux de transfert de dihydrogène de la vers l' est en cours de développement.

L’ambition d’une transition énergétique

La sidérurgie, un secteur qui consomme à lui seul près de 8% de l'énergie finale mondiale, se prépare à abandonner le . Les aciéries allemandes Dilingen et Völklingen ont ainsi prévu de commencer ce virage énergétique à partir de 2027. Pour atteindre cet objectif, la production d'acier nécessitera du dihydrogène afin de diminuer les émissions de CO2 et produire de l'eau à la place.

Mise en place d’une infrastructure de transport de dihydrogène

Le projet prévoit l'utilisation de dihydrogène produit en France pour alimenter l'industrie sidérurgique de Sarre en Allemagne. Des investissements conséquents sont ainsi engagés pour la conversion d'une canalisation existante de gaz naturel afin de transporter du dihydrogène. Concrètement, une canalisation de près de 10 km sera mise en service dès 2027 et un total de 91 km seront utilisés dont 51 km sur le sol français. Ce projet est le fruit d'une coopération entre GRTgaz, une entreprise française, et Creos, une entreprise allemande.

Une transition soutenue financièrement

Le gouvernement allemand soutient ce projet d'envergure avec une subvention de 2,6 milliards d'euros, sous réserve d'approbation par la Commission européenne. De son côté, la France prévoit une enveloppe de 100 millions d'euros pour les travaux de conversion de la canalisation.

Lire aussi   Attention, vous allez rater l'isolation à 1 euro : voici pourquoi !

Une réglementation carbone de plus en plus stricte

La production d'acier est soumise au système européen d'échange de quotas carbone. Ce système contraint les industries à payer proportionnellement à leurs émissions de gaz à effet de serre. À partir de 2034, le Mécanisme d'ajustement carbone aux frontières (MACF) introduira une tarification progressive des droits gratuits à polluer.

Une production locale d’hydrogène à développer

En France, les moyens de production d' ne sont pas encore déployés. Toutefois, Gazel et Verse Energy planifient d'ouvrir des installations de production en France. Dans le futur, quatre autres projets similaires sont envisagés avec un objectif de 500 km de canalisation de dihydrogène d'ici 2030.

4.3/5 - (13 votes)

Laisser un commentaire

Autres