Le wagon unique du SCPRI : un outil incroyable contre les dangers nucléaires

Découvrons le parcours du SCPRI, Service central de contre les rayonnements ionisants, et son wagon unique dédié à la mesure de rayonnements radioactifs.

Le SCPRI et son wagon unique

Né en 1956, le SCPRI avait pour mission de protéger les citoyens et les employés de l'industrie . Ses activités ont été particulièrement mises en lumière après la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Un des outils les plus remarquables de cet organisme était sans doute son wagon spécialisé. Conçu à partir d'une voiture-restaurant de la SNCF, il était capable de réaliser des mesures gammaspectrométriques à grande échelle et de contrôler jusqu'à 32 personnes simultanément.

Une capacité de déploiement rapide et efficace

Ce wagon présentait l'avantage notable d'être rapidement déployable en cas d'accident nucléaire. Sa mobilité était tellement grande qu'il pouvait être envoyé non seulement partout en , mais également aux États-Unis. Malgré son potentiel, le wagon n'a jamais été utilisé en situation d'accident nucléaire. Il a finalement été déséquipé en 2008/2009.

Changement et évolution

En 1994, l'OPRI a pris la suite du SCPRI. Huit ans plus tard, l'OPRI a laissé place à l'IRSN, un organisme qui dispose de moyens modernes de mesure de la radioactivité. Sa dotation comprend une flotte de 15 véhicules, 4 drones, 6 détecteurs et des installations dédiées à l'analyse de la contamination interne des personnes.

La flotte actuelle de l’IRSN

Au sein de cette flotte, on compte 4 véhicules légers “Boxers” et 4 véhicules lourds “Shelters”. L'IRSN dispose aussi de deux laboratoires mobiles d'anthroporadiométrie pour effectuer des examens plus poussés. Malgré cette panoplie d'équipements, les capacités de mesure n'égalent pas encore celles du wagon du SCPRI.

4.7/5 - (19 votes)
Lire aussi   Découvrez la Bluetti AC70, l'innovation électrique qui va révolutionner votre quotidien

Laisser un commentaire

Autres