Que cache le silence sur l’usine Arabelle de Belfort ?

La saga de l' Arabelle de Belfort, englobant les puissances géopolitiques et le secteur , suscite de vives tensions.

Un dossier délicat qui remonte à 2014

Le parcours de l'usine Arabelle est complexe et semé d'embûches. En 2014, General Electric (GE) achète une partie des activités d'Alstom, y compris l'usine de Belfort. Plus tard, en 2018, annonce son intention de racheter l'usine – une annonce faite par le président français lui-même.

Un silence troublant depuis l’annonce

Depuis cette annonce, le silence est total. Le directeur régional d'EDF maintient que la situation est une question d'Etat à Etat, soulignant l'importance des implications politiques de ce rachat.

Des enjeux géopolitiques

Plusieurs problèmes géopolitiques s'entrelacent ici. La Russie, grand client de l'usine par le biais de ROSATOM, est impliquée dans divers projets de de réacteurs nucléaires équipés de turbines Arabelle. Par ailleurs, les tensions entre les États-Unis, la et la Russie ont un impact direct sur l'affaire.

La menace de sanctions contre la Russie

Les sanctions imposées à la Russie en raison du conflit ukrainien pourraient éventuellement toucher le secteur nucléaire et affecter le rachat de l'usine. Si des sanctions devaient être imposées, General Electric pourrait être forcé de ne plus mettre à jour son logiciel breveté américain, utilisé pour la commande des turbines. Ce serait un problème majeur pour EDF.

Lire aussi   Une première mondiale: le plus grand parc éolien auto-financé!

Les enjeux économiques cachés

Une guerre économique sous-jacente se déroule, avec pour champ de bataille le secteur mondial du nucléaire civil. L'intérêt pour le nucléaire est en plein essor du fait de la et les États-Unis cherchent à obtenir une part de ce marché.

L’usine de Belfort : un levier de pression

L'usine de Belfort représente un moyen pour les États-Unis d'exercer une pression à la fois sur la France et la Russie. Les États-Unis, qui s'approvisionnent actuellement en uranium enrichi auprès de ROSATOM, devraient être autosuffisants dans ce domaine à partir de 2025.

EDF, de son côté, recherche des garanties que d'éventuelles sanctions contre la Russie n'affecteraient pas le logiciel de commande. La conclusion de ce dossier complexe reste donc incertaine.

4.6/5 - (39 votes)

Laisser un commentaire

Autres