Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Une réglementation sur les séismes « ridicule » contraint la commissaire britannique au gaz de schiste à démissionner

réglementation  séismes   commissaire britannique  gaz de schiste   démission

Natascha Engel, commissaire britannique au gaz de schiste depuis six mois, a remis sa démission, qualifiant la réglementation sur les tremblements de terre adoptée par le gouvernement de « ridicule » et constituant une « interdiction effective de la fracturation ».

L'avis des experts ignoré

Selon une information de la BBC, les règles prévoient la suspension des activités de fracturation si un séisme d'une magnitude de 0,5 sur l'échelle de Richter est détecté. Natascha Engel, ancienne députée du parti travailliste, affirme que c'est « vraiment ridiculement bas ». Elle a affirmé à la BBC qu'il était clair depuis le début que si cette limite n'était pas augmentée, la fracturation aurait du mal à décoller.

Les anciens hauts responsables de la fracturation ont également déclaré que cette démission avait été provoquée par la « terrible paralysie » à laquelle le gouvernement britannique s'était livré en poussant les règles du tremblement de terre à l'extrême.

« Le profil de l'environnementalisme a vraiment été mis en avant et je pense que la nécessité de réduire nos émissions de carbone est absolument urgente et que la fracturation hydraulique est l'un des moyens de le faire », a déclaré l'ancienne députée, soulignant que « préoccupations concernant les effets de la fracturation hydraulique sur l'activité sismique sont des histoires pour faire peur. »

«Une industrie parfaitement viable est mise au ban à cause d'une politique gouvernementale axée sur un programme de lobbying environnemental plutôt que sur des données scientifiques, des preuves et le désir de voir l'industrie britannique prospérer», a écrit Mme Engel dans sa lettre de démission remise au ministre britannique des Affaires, citée par Bloomberg.

«Le seuil de 0,5 aurait pu avoir un soupçon de sagesse s'il n'y avait pas eu les 49 géoscientifiques qui ont appelé à une limite beaucoup plus élevée. Ce sont eux sont les experts. Et pourtant, ils ont été ignorés. »

La fracturation est un sujet très controversé au Royaume-Uni. Les gouvernements du Pays de Galles, d'Écosse et d'Irlande du Nord s'opposent à cette pratique et attendent des données supplémentaires sur son impact sur l'environnement. En Angleterre, plus de 100 licences de fracturation ont été attribuées, mais une seule entreprise, Cuadrilla, a reçu le feu vert final des autorités.

Le gaz de schiste pourrait changer la donne pour le Royaume-Uni, dont la production de gaz offshore est en deçà de la croissance de la demande, mais il y a peu de chances que les attitudes vis-à-vis de la fracturation soient en train de changer, comme le suggère la décision de Natascha Engel.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr