Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Le Gaz de schiste se développera-t-il en Europe ?

Gaz de schiste  Europe

Selon l'analyste américain Andrew Grant, le gaz de schiste ne parviendra pas à réellement se déployer en Europe pour des raisons économiques et environnementales. Une position qui laisse perplexe tant les ressources et les retombées financières à la clé sont nombreuses et tant cette énergie fossile est abondante dans nos sous-sols.    

Si la gaz de schiste aura toute la peine à se déployer dans les pays d'Europe, c'est principalement en raison du fait que la demande intérieure sur le Vieux Continent est pour le moment satisfaite par d'autres ressources. En clair, le gaz en provenance de Russie, de la Mer Caspienne, et bientôt même d'Iran suffit et suffira à remplir les besoins énergétiques de l'Europe toute entière. C'est en substance le message passé par Andrew Grant, analyste financier pour Carbon Tracker, cabinet US de spécialistes financiers et énergétiques des énergies fossiles.

Et pour étayer ses propos, Andrew Grant indique même que le filon du schiste en Europe en est à peine à ses tous débuts, preuve que la volonté politique et économique n'est pas suffisante pour faire décoller le secteur. Il rajoute même que selon les scénarios de son cabinet, le "gaz de schiste en Europe n'est pas vraiment essentiel. L'Europe a une réelle demande en gaz mais elle a aussi un nombre suffisant d'options différentes pour la satisfaire. Elle a la gaz de Russie, du Moyen-Orient et de la Mer Caspienne. Les développements du schiste en sont à leurs balbutiements, personne ne travaille véritablement à le faire décoller".

Toujours selon Grant, le gaz de schiste est même plus cher que le gaz conventionnel, extrait ou acheté, et les barrières environnementales freinent considérablement son essor.

Vision court-termiste et potentiel sous-estimé

Si le point de vue de cet analyste présente quelques points forts notamment sur le fait que continuer de s'approvisionner depuis l'extérieur est une solution de facilité pour les pays d'Europe, cette vision est toutefois court-termiste. Court-termiste car passées les deux ou trois années à venir, rester dépendant des fournisseurs deviendra rapidement problématique, surtout à la lumière des conflits entre la Russie et l'Ukraine notamment qui font peser un sérieux risque sur la pérennité des prix et des flux de livraisons de gaz naturel.     

Mais le potentiel économique et énergétique issu du gaz de schiste est également très largement sous-estimé par Carbon Tracker. On le sait, des pays comme la Pologne ou la France détiennent des quantités phénoménales de gaz de schiste, représentant plusieurs décennies de consommation, pouvant générer des centaines de milliards d'euros de retombées et créer possiblement plusieurs centaines de milliers d'emplois. Un tel potentiel ne sera pas éternellement boudé. La preuve en est avec les débats sociétales intenses actuels en Allemagne, en Hollande ou en Angleterre. Trois pays qui pèsent le pour et le contre, qui cherchent un compromis acceptable pour l'environnement et l'économique, autant de signes qui démontrent qu'au contraire le gaz de schiste est en train, certes doucement, de trouver sa place en Europe. Même en France, où le débat reste très houleux, de nombreuses voix de l'opposition politique ont fait savoir leur volonté de voir le pays développer la filière mais selon une autre approche qu'aux Etats-Unis, soit en intégrant la sobriété environnementale très en amont.   

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr