Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Gaz de schiste au Royaume-Uni : Londres veut accélérer le processus

gaz de schiste  Royaume Uni  Londres

Fatiguée voire énervée par les différents blocage locaux pour le développement du gaz de schiste, Londres a récemment pris le taureau par les cornes en relançant une série d'autorisation de forage accordées pour près d'une trentaine de puits. Les réserves potentielles plus que conséquentes et la manne en termes de création d'emplois sont autant de motivations pour le gouvernement Cameron.    

Les dernières interdictions de forage dans le nord du pays dictées par les autorités locales au Printemps dernier ont sérieusement irrité David Cameron qui souhaitait depuis plusieurs années miser sur la filière du gaz de schiste pour doper voire relancer l'économie nationale. Aussi, le gouvernement a-t-il annoncé qu'il pourrait à l'avenir contourner les décisions des autorités locales afin d'accorder directement les permis de forage. C'est en tout cas le sens des 27 nouveaux permis d'exploration d'hydrocarbures conventionnels et de schiste récemment accordés à des poids lourds du secteur de l'énergie que sont Cuadrilla, IGas (associé pour l'occasion à Total), Engie (anciennement GDF Suez) et le Suisse Ineos. 27 nouveaux blocs donc, situés dans le nord de l'Angleterre, là où justement un forage avait été tué dans l'œuf par les autorités compétentes du conté. Des autorisations des plus officielles par ailleurs puisqu'elles ont été délivrées par la Oil &Gaz Authority (OGA), qui est le régulateur national du secteur.

Reste encore à avaliser les opérations et pour cela des études d'impact environnemental sont toujours en cours. Suite à quoi, les 27 permis pourront être utilisés ouvrant la voie à une nouvelle série déjà programmée d'octroi de plus de 130 nouveaux blocs d'exploration dans l'ensemble du pays.

Une manne en termes d'emplois et de ressources énergétiques

Si le pays vient de relancer le développement de la filière du gaz de schiste, c'est en raison à la fois de l'importante quantité d'emplois qui seraient à la clé et également car les réserves potentielles sont des plus conséquentes, avec les effets bénéfiques que cela engendre. Nicholas Bourne, le secrétaire d'Etat à l'Energie se veut à ce sujet des plus clairs : "Il est important que nous continuions dans cette voie et faisions avancer le schiste, tout en maintenant de solides contrôles environnementaux. L'investissement dans le schiste pourrait atteindre 33 milliards de livres (46,5 milliards d'euros) et soutenir 64.000 emplois".

Une position plus que soutenue par David Cameron lui-même, fervent soutien de la filière, qui estime pour sa part qu'une telle ressource abondante dans les sous-sols anglais doterait la nation de réserves conséquentes, de recettes importantes et d'une indépendance énergétique non négligeable. Car les sous-sols britanniques révèlent il faut dire des quantités massives de gaz de schiste : le seul bassin géologique du Bowland au nord de l'Angleterre contiendrait non moins de 38 000 milliards de mètres cubes de gaz de schiste. Et avec à peine 10% de cette quantité, le pays disposerait alors de non moins de quarante années de consommations de gaz. 

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr