Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Gaz de schiste : comment Total œuvre à l'amélioration de son process

Gaz de schiste  Total

Fréquemment montré du doigt par les détracteurs de l'activité du gaz de schiste, Total travaille cependant à l'amélioration de son process de travail. Un pôle R&D est même spécialement dédié à la question. Le but ? optimiser les opérations de forage et d'extraction dans l'optique de réduire l'impact environnemental.    

On a beau être un des leaders sur son marché, il n'en reste pas moins vrai qu'il faille sans cesse continuer d'innover et de rechercher. C'est en substance ce à quoi travaille Total sur la question du gaz de schiste. Car s'il est indéniable que l'activité puisse engendrer des retombées néfastes sur l'environnement, les grands groupes ont cependant changer leurs méthodes afin de réduire le plus possible leur impact.

Et à cet égard, Total accomplit un travail de fond notable, dont le but est d'optimiser le process pour à la fois limiter la quantité d'eau nécessaire à la fracturation hydraulique, augmenter la rentabilité des puits pour en diminuer le nombre, réutiliser l'eau dans un cycle continu, veiller à une meilleure étanchéité des puits pour la préservation des nappes phréatiques, la mise au point de nouveau proppants nécessitant moins d'eau et moins d'additifs chimiques.

Les grands axes de recherche et développement

Total a récemment conçu et construit un tout nouvel outil de modélisation en 3D. Car afin d'améliorer les techniques de forage en vue de les corriger, encore faut il pouvoir visualiser ce qui se passe sous 2 000 m de profondeur. Grâce à cette nouvelle technologie, le groupe peut désormais minimiser le volume d'eau nécessaire à la fracturation hydraulique. Un outil qui représente un bénéfice supplémentaire pour la planète : en visualisant les fissures produites lors du fracking, chaque puits est optimisé et chaque forage l'est donc également. L'avantage en est que le nombre de puits en surface peut alors être réduit à son strict minimum.

Autre axe de travail actuel et non des moindres, la mise au point de nouveaux proppants. Les proppants sont des matériaux utilisés pour maintenir les fractures ouvertes, permettant au gaz de s'échapper pour être récupéré dans un deuxième temps. A travers cette recherche, Total vise une plus grande efficacité de ces matériaux qui permettraient de diminuer la quantité d'additifs chimiques employés et également la quantité d'eau.

Par ailleurs, l'ultrafiltration est une autre technique que le groupe essaie de déployer à grande échelle. La finalité est de pouvoir réinjecter à près de 100% l'eau employée lors des phase de la fracturation hydraulique. Des filtres en céramique permettent de retenir des particules et bactéries 8 000 fois plus fines qu'un cheveu afin de rendre l'eau à nouveau potable. A ce titre, Total fait figure d'exemple puisque l'entreprise a été la première à avoir lancé un programme pilote sur cette technique il y a quelques années de cela maintenant. Ses équipes travaillent toujours actuellement à l'adaptation à la filière du gaz de schiste.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr