Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

L'Algérie vise à développer le gaz de schiste en dépit de nombreux défis

Algérie    gaz de schiste   gaz naturel  exportation

Le développement de l'industrie du gaz de schiste est devenu une nécessité pour l'Algérie afin de surmonter le déclin de la production nationale de gaz naturel et sauvegarder son économie.

La demande locale de gaz devrait augmenter rapidement en raison d'une croissance démographique continue. Dans de 2004 à 2014, la consommation nationale de gaz domestique a plus que triplé. Par ailleurs, la Commission algérienne de régulation de l'électricité et du gaz prévoit que la consommation intérieure de gaz augmentera de 50% à 50 milliards de mètres cube d'ici 2020.

L'Algérie est considérée comme l'un des principaux fournisseurs fiables de gaz pour l'Europe, notamment grâce à trois oléoducs transméditerranéens. Les exportations de gaz du pays vers l'Europe ont légèrement augmenté en 2017 pour atteindre 55 milliards de m3 contre 54 milliards de m3 en 2016, selon le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour.

Pour répondre à la consommation locale croissante et afin de maintenir le flux de gaz vers l'Europe, l'Algérie doit exploiter ses réserves de gaz de schiste, parmis les plus importantes au monde, selon l'Energy Information Administration (EIA).

L'Algérie occupe en effet la troisième place mondiale après la Chine et l'Argentine en terme de réserves techniquement récupérables, avec 20 Tcm (707 Tcf de réserves), selon un rapport de 2013 de l'EIA.

Parallèlement, le ministère algérien de l'énergie estime à 741 Tcf le total des ressources techniquement récupérables, avec un taux de récupération de 15%. Ces ressources sont réparties sur un territoire couvrant les bassins d'Ahnet, de Timimoun, de Béchar, de Berkine Berkine et d'Illizi.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr