Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

L'Algérie poursuit ses efforts pour l'exploitation de son gaz de schiste

Algérie exploitation gaz de schiste pétrole réserves

L'effort de l'Algérie pour monétiser son énorme réserve de gaz de schiste progresse lentement alors que le pays augmente la production de ses réserves conventionnelles.

Des études en cours

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a déclaré il y a quelque temps déjà que son pays se préparait à exploiter le gaz de schiste pour relancer la production déclinante du pays après des tentatives infructueuses ces dernières années en raison des protestations sur les craintes de pollution des habitants des zones ciblées. « Des études d'évaluation sur le potentiel du gaz de schiste sont en cours. Cela prendra de cinq à dix ans », a-t-il dit sans fournir plus de détails.

L'Algérie a entamé des discussions avec des majors pétrolières, notamment BP et Anadarko, pour aider à évaluer et exploiter le gaz de schiste. « Nous espérons que ces discussions mèneront à des négociations sur d'éventuels contrats », a déclaré Arezki Hocini, directeur de l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft), aux médias locaux.

D'éventuels contrats à venir

Parallèlement, l'Algérie progresse dans ses projets de relance de la production de gaz conventionnel. Le pays prévoyait d'augmenter la production annuelle de gaz à 95 milliards de mètres cubes (Bcm), dont 42 milliards seraient destinés à l'usage domestique et 53 milliards aux exportations. En 2017, l'Algérie a exporté environ 56 milliards de mètres cubes en 2017, dont 39 milliards étaient des exportations de gaz par pipeline et 17 milliards de mètres cubes étaient des exportations de GNL.

La Sonatrach et ses partenaires étrangers ont démarré la production de plusieurs projets gaziers au cours des derniers mois.

La Sonatrach a annoncé le 27 mars dernier le démarrage de la production du projet de gaz naturel de Timimoun. Le domaine est détenu par Groupement Timimoun (GTIM), une coentreprise entre Sonatrach (51%, Total (37,75%) et Compañía Española de Petróleos (11,25%).

Sonatrach a déclaré dans un communiqué que le champ produit 1,8 milliard de pieds cubes de gaz. Au total, 37 puits de production ont été développés pour exploiter huit structures réparties sur 2 500 km2. Cela comprend Barouda, Barouda Nord, Afflisses, Abiod, Hassi Yakour, Drina, Irharen et Irharen Sud.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr