Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Vers une exploitation du gaz de schiste en France ?

exploitation gaz de schiste france

Le gaz est désormais au centre de la nouvelle donne mondiale. Autrefois énergie d’appoint, de nouveaux producteurs, de nouvelles technologies émergent, pour se préparer à la révolution du gaz qui change le paysage industriel mondial : le gaz de schiste.

Les grands groupes internationaux énergétiques font face à l’envolée des cours du gaz et du pétrole. Total et GDF Suez cherchent de nouvelles énergies en France. À savoir que le gaz de schiste représente aujourd’hui près d’un quart de la production de gaz naturel aux Etats-Unis alors qu’il était négligeable avant 2004. En plein essor sur le continent nord-américain, Barack Obama a fait du gaz naturel son cheval de bataille, afin de réduire la dépendance en pétrole. 

En France, le gouvernement ne renonce pas aux recherches sur un possible recours au gaz de schiste dans l’avenir. Lui qui avait espéré clore le débat  sur les projets d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste, en annonçant l’abrogation des permis, l’ouvre de nouveau avec son rapport d'étape rendu public le 21 avril 2011 qui préconise de poursuivre la recherche sur le gaz naturel dans la roche et de réaliser des forages expérimentaux.

Cependant, explorer ne signifie pas pour autant exploiter. Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif a déclaré dans la presse « Aujourd'hui, il y a des risques incontestablement qui ne sont pas bien maîtrisés. En même temps, la science va progresser. » Prospecter davantage pour analyser les risques potentiels du gaz de schiste, voilà la stratégie du gouvernement.

Et selon le Conseil général du développement durable et le Conseil général de l'industrie, la France disposerait d’importantes ressources en gaz de schiste sous son sol. Une énergie qui serait comme une alternative intéressante aux énergies fossiles dans les années à venir.

De leur côté, les opposants dénoncent des méthodes de forages nocives pour l’environnement. Avec la technique de fracturation hydraulique, qui consiste à injecter un mélange d’eau, de sables et de produits chimiques pour briser les roches, cette dernière nécessite beaucoup d’eau et de détergents qui menacent de polluer la nappe phréatique.

Christian Jacob a pour sa part déclaré qu’en l’état actuel des connaissances scientifiques, « notre responsabilité est d'être d'une extrême prudence. Si, à l'avenir, on nous démontre, par une évaluation des risques, que la loi d'interdiction générale mérite des évolutions, nous en discuterons » et de terminer « Du gaz de schiste est produit depuis des années dans certains schistes fracturés naturellement, mais les schistes ont une faible perméabilité à la matrice. L'exploitation commerciale à grande échelle nécessite donc une fissuration du schiste pour en augmenter la perméabilité ; l'essor du gaz de schiste ces dernières années a été stimulée par des techniques nouvelles de fracturation hydraulique, qui créent de vastes fractures artificielles autour des puits et conduits de forage horizontal. »

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr