Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Importantes fuites de méthane sur le gaz de schiste au Canada

Gaz de schiste  Canada  fuites méthane

D'importantes fuites de méthane sur de nombreux puits de gaz de schiste viennent d'être mises à jour par un groupe de scientifiques du Canada.  Le gouvernement promet une loi en la matière.

En termes d'émission de gaz à effet de serre, tous les scientifiques s'accordent à dire que sur une période de 20 ans, le méthane est 84 fois plus nocif que le dioxyde de carbone. Du méthane qui est en l'occurrence relâché en abondance dans l'atmosphère à proximité des puits de forage de gaz de schiste lorsque leur étanchéité laisse à désirer. Et en Colombie-Britannique, province du Canada, d'importantes fuites de ce gaz ont été relevées sur la plupart pour ne pas dire la totalité des puits de forage.

C'est dans la région de Montney qui représente plus de 55% de la production gazière de la province que les scientifiques de la fondation David Suzuki ont réalisé cette étude en collaboration avec l'Université St Francis Xavier. Et leurs résultats sont sans équivoque : plus de 100 000 tonnes de méthane s'échappent par an des puits de pétrole et de gaz de schistes forés dans la région. Soit 2,5 fois plus que les estimations préalablement faites. La cause ? la mauvaise voire inexistante étanchéification de la quasi totalité des 16 000 plateformes de forage passées au crible. Car pour 80% d'entre elles, l'extraction du gaz de schiste se fait en recourant à la fracturation hydraulique.

Une loi à venir sur le sujet

En partant du constat que l'élimination des fuites de méthane dans l'atmosphère est une des voies les moins coûteuses et les plus efficaces pour endiguer le réchauffement climatique, le Canada entend légiférer sur la question. Le gouvernement de Justin Trudeau planche à l'heure actuelle sur une nouvelle réglementation contraignante au sujet des émissions de méthane, forçant ainsi les industriels du gaz de schiste à revoir leur process d'extraction. Une loi qui devait s'appliquer dès 2020 mais dont l'échéance est repoussée de trois ans, afin que les acteurs de la filière budgétisent leurs actions en faveur d'une limitation des fuites de méthane.

D'autant que le Canada s'est engagé en 2015 à réduire ses émissions de GES de l'ordre de 30% d'ici à 2030 en comparaison avec les niveaux enregistrés en 2005. Justin Trudeau, le premier ministre, s'est même avancé l'an passé sur le fait que le pays parvienne à réduire de 40% à 45% les émissions totales de méthane en provenance du secteur pétrolier et gazier sous le seuil de 2012 à l'horizon 2025. Un défi d'envergure car le méthane représentait à lui seul près de 15% des GES totales du pays.

Les professionnels du gaz de schiste au Canada vont ainsi être contraints à améliorer significativement leur process de production à l'avenir. Car l'opinion publique canadienne déjà hostile à l'activité ne passera pas l'éponge sur des négligences techniques qui ont des incidences environnementales désastreuses.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr