Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

L'interdiction de la fracturation hydraulique onshore par l'Écosse est une surprise pour l'industrie

interdiction   fracturation hydraulique   onshore  Écosse

L'industrie du gaz de schiste a réagi avec surprise à l'interdiction de la fracturation en Écosse.​

Le ministre écossais de l'Énergie, Paul Wheelhouse, a confirmé que le gouvernement proscrivait cette technique controversée d'extraction du gaz en Écosse.

Un moratoire sur la pratique a été mis en place depuis janvier 2015 au milieu des craintes liées à la pollution de l'environnement et à la suite de tremblements de terre en 2011 causés par la fracturation et bloquant l'industrie à Preese Hall, près de Blackpool, au Royaume-Uni.

Mais les partisans de la fracturation hydraulique affirment que le processus peut être géré en toute sécurité et que l’Écosse risque de faire une croix sur des opportunités d'emploi que l'activité pourrait générer, en plus d'apporter un coup de fouet à l'économie locale et un approvisionnement en gaz naturel.

Francis Egan, chef exécutif de Cuadrilla, société qui se spécialise dans l'activité du gaz de schiste, déclare : « Nous sommes très surpris de la décision du gouvernement écossais de continuer indéfiniment son moratoire sur la fracturation. »

« Qu'un pays qui a été un pionnier dans l'exploration et la production du pétrole et du gaz en mer du Nord, y compris dans l'utilisation répandue et continue de la fracturation offshore, se sente incapable de le faire sur terre, préférant plutôt importer du gaz de schiste des États-Unis, n'a pas de sens, aussi bien d'un point de vue économique qu'environemental. »

« Nous sommes ravis que dans le Lancashire, en Angleterre, nous ayons un cadre réglementaire solide et que Cuadrilla soit à l'avant-garde pour prouver que l'exploration du gaz de schiste peut être une réussite. »

« Dans le Lancashire, nous pensons que notre industrie sera pionnière dans la création d'une nouvelle source sécurisée de gaz naturel pour le Royaume-Uni, qui contrebalancera la baisse croissante de la production en mer du Nord et contribuera à réduire les importations coûteuses et nuisibles pour l'environnement. »

Ken Cronin, directeur général de l'activité du gaz de schiste chez UK Onshore Oil and Gas, affirme quant à lui que « le gouvernement écossais a ignoré les conseils de ses propres experts indépendants et préfère opter pour un avenir où les gaz devront être importés avec des dommages à l'économie et à l'environnement à la clé ».

Actuellement, plus de 50% du gaz consommé au Royaume-Uni est importé, un chiffre qui devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années.

« La réalité est qu'il est préférable que la planète nous offre du gaz ici plutôt qu'ailleurs pour qu'il soit acheminé à travers les océans », précise M.Cronin.

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr