Actualités sur le gaz et de l'huile de schiste : prospection, exploitation, extraction par fracturation hydraulique...

Le moratoire sur le gaz de schiste au Canada bientôt levé ?

Gaz de schiste  Canada

Voilà près d'un an que le Nouveau-Brunswick a lancé un vaste moratoire sur la fracturation hydraulique, seule technique employée à ce jour pour l'extraction du gaz de schiste. La consultation publique touche bientôt à sa fin et tout semble aller dans le sens d'un démarrage de l'activité.    

Comptant parmi les dix provinces que dénombre le Canada, le Nouveau-Brunswick présente un potentiel des plus conséquents en termes de réserve de gaz de schiste. Souhaitant mesurer l'impact de la technique et obtenir le soutien des populations locales, le Premier Ministre de la province Brian Gallant a lancé en mars 2015 un moratoire sur la question de la fracturation hydraulique, qui ouvrirait de facto la voie à une exploitation en bonne et due forme. Un moratoire qui s'achèvera en mars 2016 et dont les travaux quant à l'impact économique et environnemental tendent à prouver qu'il sera levé. Parallèlement, la commission sur la fracturation hydraulique a lancé une grande consultation publique en ligne et une majorité en faveur du gaz de schiste se dégage. Même si des oppositions demeurent, menées par des associations écologistes, près de 55% des habitants de la province se sont déclarés pour le démarrage de l'activité.

Le gaz de schiste post-Cop21

Plus que quelques mois donc avant que la commission ne rende son avis final sur la possibilité ou non de lever le moratoire sur la fracturation hydraulique. En vue de sa très possible levée, une chose est d'ores et déjà sûre : le gaz de schiste entrera dans une nouvelle ère, celle de la post-Cop21. Car le Canada au même titre que les autres nations ayant signé l'accord de Paris sur la limitation du réchauffement climatique, ne pourra faire autrement que veiller à limiter l'impact de l'activité sur l'environnement. Les Etats-Unis ont déjà ouvert la voie en annonçant qu'une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre relatives à l'activité du gaz de schiste serait dorénavant la règle. On voit mal comment le Canada, voisin à plus d'un titre, pourrait d'une part ignorer ses engagements en faveur du climat et d'autre part ne pas s'inspirer de son voisin américain. Recyclage systématique de l'eau utilisée et plus grande étanchéification des puits de forage pour éviter tout risque de pollution des nappes phréatiques compteront ainsi à coup sûr au programme des mesures qui conditionneront le démarrage du filon dans la province.   

Réactions et commentaires
Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !
Déposer un commentaire

Réseaux sociaux

LeGazDeSchiste.fr